Microphone statique ou dynamique : lequel choisir pour ses enregistrements ?

Comme vous le savez bien, le micro figure parmi les équipements indispensables pour un musicien ou un podcasteur. Il assure plusieurs rôles à la fois, dont celui d’amplifier votre voix via une enceinte. Il reste un outil important à connaître lorsque vous voulez effectuer un travail de son.

On retrouve sur le marché plusieurs modèles de micros. Mais malgré cette diversité, on peut les regrouper en deux grandes catégories à savoir : les statiques et les dynamiques.

La grande problématique maintenant est de savoir s’il faut choisir un microphone statique ou dynamique. Quand je faisais mes premiers pas dans ce domaine, cette problématique n’avait pas trop d’importance pour moi.

Mais au fil du temps, je me suis rendu compte que le micro dynamique présente des caractéristiques spécifiques et pareilles aussi pour celui statique. Vous conviendrez donc avec moi que le choix ne devrait donc pas être fait au hasard. Et ce n’est pas Tai Wang STARRYSKY qui me dira le contraire avec son tweet. Si son choix était hasardeux, il n’aurait pas obtenu ce rendu.

En plus de mon expérience personnelle, j’ai eu à parcourir quelques forums comme Audiofanzine et Forum-Guitare afin de vous ressortir les éléments à prendre en considération lors du choix de son type d’appareil.

Vous découvrirez dans cet article :

  • les différents types de microphones ;
  • les caractéristiques de chaque type de dispositif ;
  • Dans quel contexte utiliser le dispositif de type statique au lieu de dynamique.

Microphone statique ou dynamique : comment faire votre choix ?

Les microphones ont été conçus pour assurer la conversion des variations sonores en signaux électriques. Chaque type de dispositif assure parfaitement cette fonction. Leo Mozoloa aurait certainement testé les deux dispositifs pour en venir à cette conclusion.

On retrouve sur le marché deux principaux types de microphones.

Micro dynamique

Ce type de périphérique d’entrée est doté d’une bobine mobile en cuivre et son fonctionnement est comparable à celui d’une dynamo. La bobine est placée dans un champ magnétique et constitue la source d’alimentation de ce type de périphérique.

En lieu et place d’une roue, celui-ci est équipé d’une membrane dont la vitesse de déplacement dépend de la pression acoustique exercée par une onde sonore. Son fonctionnement ne nécessite donc pas une alimentation.

Les parties du micro dynamique

Pour son bon fonctionnement, le dispositif doit être placé à une distance raisonnable de la source sonore. Elle ne doit pas être trop loin ni trop proche. On retrouve plusieurs modèles de ce type de périphériques sur le marché.

Micro statique ( à condensateur )

Quant au dispositif statique, il a forcément besoin d’une alimentation pour fonctionner. Cette alimentation est appelée « fantôme ». Elle est produite par un préampli ou par la console.

Les parties du micro statique

Ce type de micro est également doté d’une membrane mince et d’une plaque arrière entre lesquelles se crée un champ électrique. La tension nécessaire au fonctionnement de ce micro peut être aussi fournie par une pile que vous allez devoir insérer. Sans cette alimentation, le dispositif ne peut pas fonctionner.

En voulant aider les professionnels de son, les fabricants ont créé un autre problème comme le montre le tweet de Radio king-France.

On se perd parfois dans son choix lorsqu’on ne maîtrise pas les éléments caractéristiques de ces dispositifs et cela devient un véritable casse-tête.

Quelles sont les caractéristiques de chaque type de microphones ?

Pour un choix judicieux de votre type de microphone, il est important de bien connaître chaque périphérique à travers ses caractéristiques. Je vais donc aborder dans cette partie les caractéristiques de ces dispositifs avec une allure comparative pour une meilleure compréhension.

Niveau de sensibilité

La sensibilité est un paramètre qui va nécessairement influencer votre choix.

  • Microphone dynamique : ce type de périphérique d’entrée est caractérisé par une faible sensibilité. Ce dispositif possède un niveau de sensibilité qui varie de -60 dB à -46 dB. Il est donc mon fidèle à la source sonore. La restitution du spectre est donc moins précise. Il est adapté pour le traitement des niveaux de volume assez élevés.
  • Microphone statique : Contrairement au précédent, le statique est hypersensible et favorise un enregistrement dans les moindres détails. Avec ce type de périphérique, vous serez sûr d’obtenir un son très détaillé. La forte sensibilité de ce dispositif le rend parfait pour le chant orienté jazz et principalement pour les instruments. Ce type de micros n’est donc pas adapté pour les travaux à haut volume. Ils sont en effet susceptibles de fausser la prise du son compte tenu de leur forte sensibilité.

Plage de fréquence

  • Micro dynamique : la membrane de ce type de périphérique est reliée à une bobine. Cela l’empêche de se déplacer facilement. Ce qui fait que sa réponse en fréquence moins large.
  • Micro statique : ce type de dispositif est doté d’une membrane beaucoup plus mince que celle de l’autre. Par ailleurs, elle n’est pas reliée à une bobine et se déplace plus facilement. Cette facilité de déplacement de la membrane du dispositif optimise sa réponse en fréquence qui devient plus large que celle du précédent.

Type d’alimentation

  • Micro dynamique : comme mentionné dans la première partie, ce type de dispositif est alimenté par une bobine. Il ne nécessite donc pas une alimentation externe et fonctionne sans pile.
  • Micro à condensateur : ce type de périphérique d’entrée nécessite une alimentation externe. Celle-ci fournit la tension de politisation utile pour le circuit capacitif.

Pour mieux connaître ces deux types de dispositifs, vous pouvez visualiser cette vidéo de Denis Musique.

Ce dernier a tenté de comparer les deux appareils.

Autre type de dispositif : Microphone à ruban

En dehors des périphériques statiques et dynamiques, vous trouverez aussi sur marché des micros à ruban. Ceux-ci sont souvent fabriqués par les studios qui en ont besoin.

On les classe généralement dans la famille des dynamiques. Contrairement à ces derniers qui sont dotés d’une bobine de cuivre, les dispositifs à ruban quant à eux sont équipés d’un ruban en aluminium placé en suspension dans un champ magnétique.

Les parties du micro à ruban

Ce ruban est ultra fin et se déplace sous la pression sonore. Il nécessite une forte amplification compte tenu de la tension du signal qui est assez faible. Les appareils à ruban ont tendance à délivrer un son naturel, chaud ou vintage.

Les aigus sont mal restitués. Ils possèdent un son dénué de résonance que vous avez la possibilité d’ajuster au moyen d’un equalizer.

Ces appareils peuvent être utilisés pour l’enregistrement de pianos, de guitares acoustiques et de voix. Comme principal point faible, les appareils à ruban possèdent un niveau de sortie ultra faible. Voici une vidéo YouTube que je vous invite à visualiser. Machine à Mixer présente dans cette vidéo ces trois types d’appareils.

En dehors du type de périphérique, il existe également d’autres critères que vous devez prendre en compte lors du choix de votre dispositif. J’ai traité cette question dans un autre article que vous pouvez trouver ici. J’ai présenté aussi dans ce même article des 12 meilleurs micros disponibles sur le marché.

Par ailleurs, il y a un problème récurrent auquel vous ne pouvez probablement pas échapper. C’est celui du micro détecté, mais pas de son. Retrouvez dans cet article les solutions pour résoudre ce problème.

En savoir plus

Conclusion

Comme vous l’aurez remarqué, il n’y a pas question de quel type de micro est meilleur que l’autre. Chaque type de dispositif présente des avantages et des points faibles. Le choix du microphone statique ou dynamique dépend principalement de l’usage que vous voulez en faire.

Suivez-le

Laisser un commentaire